Traitement de l’humidité des murs par injection de résine hydrophobe

Accueil Humidité du sol et des murs : causes et traitements Traitement de l’humidité des murs par injection de résine hydrophobe
par Les Experts de l'humidité

L’une des solutions les plus efficaces et les plus utilisées en France contre l’humidité ascensionnelle dans les murs est l’injection de résine hydrophobe. Cette technique est particulièrement utile pour lutter contre les remontées capillaires ou l’effet de mèche, mais demande une bonne maîtrise dans sa réalisation afin d’obtenir le résultat escompté.

La dégradation du bâti liée à l’humidité ascensionnelle

Remontées capillaires - Salpêtre © Animaflora PicsStock - Shutterstock

L’humidité ascensionnelle est cause de nombreux dommages au sein des habitations. Due à des remontées capillaires ou à un simple « effet de mèche », elle provoque la dégradation des matériaux constituant les murs du sous-sol ou du rez-de-chaussée, ainsi que la détérioration de leurs revêtements (enduit, peinture, papier peint…). Tâches, auréoles, moisissures… peuvent apparaître en parallèle de l’augmentation du taux d’humidité intérieur, néfaste pour la santé des occupants.

Cette humidité ascensionnelle se remarque facilement puisque les murs du sous-sol ou du rez-de-chaussée se dégradent du bas vers le haut, jusqu’à des hauteurs pouvant atteindre 1 à 1,50 mètre. Dans le cas de remontées capillaires, fortement chargées en sels hygroscopiques, la frange supérieure d’humidité est plutôt irrégulière et laisse apparaître des dépôts blanchâtres (non systématiques cependant), appelés également salpêtre. Dans le cas d’un effet de mèche sans sels minéraux, la frange d’humidité est plus rectiligne et il n’y a pas d’efflorescences.

L’humidité ascensionnelle est facilitée en l’absence de membrane d’étanchéité (arase étanche) sur les fondations et par l’usage de matériaux de construction poreux : maçonnerie, mortier et enduit. Elle est donc beaucoup plus présente dans les maisons anciennes, mais peut aussi apparaître dans les maisons récentes avec malfaçons ou inadaptées au terrain sur lesquelles elles sont bâties.

Sur quel principe repose l’efficacité de l’injection de résine ?

Les grands principes du traitement de l’humidité

Pour lutter contre les effets de l’humidité présente dans les murs, il existe deux grands principes :

  1. Empêcher l’eau d’accéder à la partie du mur souhaitée : le mur reste constamment sec et l’eau cherche un autre exutoire. Selon les causes de l’humidité, ce blocage de l’eau est réalisé par la pose d’une membrane d’étanchéité, l’injection d’une barrière chimique anti-humidité ou l’application d’un enduit étanchéifiant sur les murs extérieurs. La pose d’un drainage périphérique peut aussi aider à faire baisser la pression hydraulique latérale.
  2. Laisser l’eau traverser le mur et s’évacuer par évaporation : le mur reste sensiblement humide mais les effets néfastes liés aux concentrations d’humidité dans les matériaux sont réduits (d’autant plus en présence d’une bonne ventilation). Il s’agit ici plus d’accompagner l’eau dans son cheminement naturel. Pour cela, il est nécessaire de laisser les murs respirer, si besoin en ajoutant un système de siphon atmosphérique ou de drainage intérieur. Évidemment, cette solution n’est pas viable en cas d’aménagement de pièces à vivre.

La troisième solution consistant à bloquer de l’intérieur l’humidité dans le mur (cuvelage avec application de mortiers hydrofuges) ne doit être utilisée qu’en ultime recours. L’eau présente dans le mur ne peut, dans ce cas, plus du tout s’évacuer, ce qui peut accélérer la dégradation des matériaux.

Le blocage de l’humidité ascensionnelle par la résine hydrophobe

Trous d'injection de résine

Technique la plus couramment mise en œuvre du fait de sa polyvalence, l’injection de résine permet de créer une coupure anti-capillaire dans l’épaisseur du mur. Cette barrière étanche empêche l’humidité de remonter du sol dans les murs. À base de silicones, les produits utilisés pour l’injection durcissent au contact de l’humidité et comblent la porosité des matériaux.

Une fois la barrière étanche active, le mur au dessus sèche petit-à-petit par évaporation. Cette phase dure plusieurs mois, jusqu’à une année complète. La présence de chauffage ou de ventilation, ainsi que les conditions climatiques, peuvent accélérer le processus.

Pour que le traitement par injection soit réellement efficace, il est important que le professionnel soigne la qualité des forages et choisisse les produits d’injection les mieux adaptés. La barrière créée doit être continue pour ne pas laisser l’eau remonter par les espaces non comblés. Enfin, l’injection doit être réalisée dans des murs parfaitement maçonnés, obligeant parfois l’artisan à faire des reprises de maçonnerie.

Les travaux nécessaires à l’injection de résine hydrophobe

La technique d’injection de résine hydrophobe dans un mur en guise de traitement contre l’humidité ascensionnelle demande d’excellentes connaissances techniques. C’est pour cela qu’elle est réservée aux professionnels, qui doivent au préalable mener un examen approfondi afin de déterminer les meilleures conditions d’exécution.

Le diagnostic

Humidimètre Fluke

Avant d’engager les travaux, le professionnel effectue un diagnostic précis et complet de la situation. Cette étude lui permet de s’assurer qu’il est bien en présence d’humidité ascensionnelle et que le traitement par injection sera efficace.

La réalisation du diagnostic repose sur un premier contrôle des murs et de leur environnement : présence de tâches et moisissures au pied des murs, dégradation des enduits, joints et mortiers, décollement des enduits de plâtre… Une enquête sur la date de construction de la maison, sur son environnement direct (structure du terrain, présence d’eau en sous-sol) et sur les matériaux utilisés en maçonnerie permet d’affiner l’évaluation.

Ensuite, il est essentiel de mesurer le taux d’humidité des murs concernés en différents points, du bas vers le haut. Cette mesure s’effectue avec un humidimètre (testeur d’humidité) ou par la méthode de bombe à carbure. L’objectif, en plus de déterminer la présence plus ou moins forte d’humidité, est de relever la différence de polarité qui déterminera l’existence de remontées capillaires (plus d’informations sur le sujet ici).

L’injection de la résine

Forage pour injection © Reinhold Kilbinger - Shutterstock

Avant de percer les murs pour réaliser les injections, il est nécessaire de les préparer. C’est à dire de les dégager et, si possible, de retirer l’enduit de recouvrement afin de faciliter le séchage ultérieur du mur et l’élimination du salpêtre et des sels hygroscopiques. Ces derniers, déjà apparents, sont grattés et retirés. C’est aussi l’occasion de reprendre la maçonnerie aux endroits où celle-ci s’est dégradée (apparition de fissures).

Les trous permettant l’injection de la résine sont ensuite forés. D’un diamètre de 12 à 14 mm et réalisés de préférence dans le mortier de jointoiement, ceux-ci sont distants de 15 cm sur une profondeur d’environ 80 % du mur. Ces données générales peuvent être adaptées par le professionnel en fonction de l’épaisseur du mur, des matériaux utilisés (briques, pierres…), voire de la nécessité d’injections dans des murs partiellement enterrés. Les injections sont toujours réalisées au dessus des sols intérieur et extérieur. Dans le cas exceptionnel de murs semi-enterrés, des forages complémentaires sont cependant effectués sous le niveau du sol extérieur.

Vases doseurs © PhotographyByMK - Shutterstock

L’injection de résine se fait à l’aide de matériels spécifiques (pompe, injecteur, compteur de passage), différents selon les marques, mais toujours à basse pression afin d’éviter le refoulement du produit. Parfois, l’utilisation d’une pompe à injection n’est même pas nécessaire : le produit, placé dans des vases doseurs, se diffuse régulièrement par simple gravité.

Le séchage du mur et la reprise de l’enduit

Si la barrière d’étanchéité est effective en 48 heures environ, il convient ensuite de laisser le temps au mur situé au dessus de sécher. Ce processus par évaporation va nécessiter plusieurs mois avant d’être définitif. Les effets de l’humidité seront donc encore visibles durant ce délai. Concrètement, considérez environ 1 mois de séchage pour 2 à 3 centimètres d’épaisseur du mur.

Une fois le mur totalement sec, il est possible de le recouvrir à nouveau d’enduit. Mais attention : il est fondamental d’éliminer les sels présents en surface qui sont réapparus au cours de la période de séchage. En effet, ces sels ont un fort pouvoir de captation de l’humidité et risquent de dégrader à nouveau à terme le recouvrement.

Quel est le prix d’un traitement par injection ?

Pour l’ensemble de l’opération, le coût de l’injection de résine s’élève, en fonction du professionnel et de la quantité de produit à injecter – entre 1,5 et 2,5 litres par mètre linéaire –, entre 100 et 200 euros par mètre linéaire de mur.

Dans le détail, il faut compter de 20 à 45 € par mètre linéaire pour les matériaux et un minimum de 850 € de main d’œuvre. Au total, en fonction de la longueur du mur à traiter, la facture peut afficher entre 1 500 € et 3 500 €.

Bien sûr, ces montants sont donnés à titre purement indicatif, car le devis variera en fonction de l’état des murs à traiter, voire de la nécessiter de réaliser une reprise de maçonnerie et d’éliminer dans la masse les sels hygroscopiques concentrés.

N’hésitez pas à solliciter un devis gratuit à plusieurs entreprises afin de comparer :

Les atouts du traitement par injection de résine

L’injection de résine hydrophobe est une méthode qui a fait les preuves, dans de nombreux pays, de son efficacité contre l’humidité ascensionnelle. Les retours d’expérience démontrent sa durabilité durant une dizaine d’années au minimum. De plus, il s’agit d’un procédé sain : les résines employées sont ininflammables, généralement inodores et non nocives.

Par ailleurs, la résine sèche rapidement : après quelques jours, le processus d’assèchement du mur commence. Le traitement par injection s’avère donc finalement peu invasif et limite les risques de dommages aux fondations et murs porteurs. Seule la nécessité de retirer l’enduit (déjà dégradé) et de laisser le mur à nu durant plusieurs mois peut poser un problème d’esthétique et d’isolation.

Les inconvénients du traitement par injection de résine

Pour être réalisé dans les règles de l’art, un traitement par injection nécessite l’intervention d’un professionnel, ce qui représente un coût à prendre en compte. D’autre part, ce traitement peut avoir des effets insoupçonnés sur d’autres parties du bâti. Car l’humidité ne pouvant plus remonter par les murs traités, elle cherchera à s’échapper par d’autres exutoires.

Le temps, relativement long, de séchage du mur est aussi à prendre en compte. Surtout qu’il n’est pas possible de rénover / recouvrir les murs traités avant leur assèchement total.

L’injection de résine est idéale pour les murs pleins non enterrés. Pour les murs de cave ou de sous-sol, cette solution ne sera pas performante, voire contre-productive. La quantité de produit nécessaire dans le cas de murs creux peut également s’avérer rédhibitoire.

Déposer un commentaire / une question